El Korat

Le Korat est une race naturelle originaire de Thaïlande.

Ce chat bleu n'a cessé de captiver les amoureux des félins depuis plus d'un siècle.

Dans son pays d'origine, il est encore considéré comme un chat porte bonheur.

Il semblerait que le plateau du Khorat, au nord-est du pays, soit son berceau d'origine. Peut-être que le mimétisme entre les roches de cette région (particulièrement graniteuse) et son pelage en serait la cause?

Compagnon privilégié des moines et des hauts dignitaires thaïs, il fut l'objet de soins et d'égards très particuliers. Ainsi s'est développée son intelligence et ce tempérament qui le distingue aujourd'hui.

J'ai introduit les premiers sujets à des fins de reproduction en France en 1988. Et les premiers bébés Korats naquirent chez nous, en France le 7 juillet 1989.

Pourtant ses cousins sont arrivé dès le 19 ème siècle en Angleterre, presque en même temps que le Siamois? mais assimilé à ce dernier, sa couleur bleu uniforme lui valut d'être disqualifié.

Il aura fallu attendre la fin des années 50 pour voir se développer un programme d'élevage spécifique aux Etats-Unis.

Il a réussi en quelques années à être reconnus par toutes les associations félines même s'il demeure encore rare. Il a fait l'objet d'une protection accrue sous l'impulsion de la Korat Cat Fanciers Association (KCFA), en particulier aux USA et dans quelques pays d'Europe, et notamment en France depuis 1989.

On trouve des traces très anciennes attestant l'existence de cette race dans les Tamra Meow (Traité des Poèmes du Chat) compilés depuis la période Ayudhya (1350-1767) à la Bibliothèque Nationale de Bangkok.

Dans son pays d'origine, on l'appelle usuellement Si Sah-Waht (littéralement, couleur du Sawat, Sawat ayant plusieurs significations, notamment celle de prospérité et de chance). Une autre signification en thaï se réfère à un ton mélange de gris et de vert lumineux: la couleur des graines d'un fruit sauvage non comestible: le Look Sawat.

La couleur du Korat est toujours bleue avec des pointes d'argent à l'extrémité, sa désignation officielle dans le standard CFA est « silver tipped blue »: bleu pointé d'argent.

Les poètes chantaient jadis déjà sa beauté:

"Le chat Maled* a le corps de la couleur du Doklao*
Sa fourrure est fine, son sous-poil est comme les nuages, teintés d'argent à  chaque extrémité
Ses yeux brillent comme les gouttes de rosée sur les feuilles du lotus"

*Maled signifie graine,
* Doklao est le mot souvent utilisé pour désigné le Korat dans l'antiquité, il vient de Dok: la fleur de Lao, une forme de citronnelle sauvage. Tous ces termes insistant sur l'argenté et le soyeux de son pelage. Dans sa province naturelle, le Pimaï (aujourd'hui Nakhon Ratchasima), on peut penser que la présence de nombreux granits lui a permis de se fondre dans le paysage, comme le suggéra Mr Robins en 1906.

On attribue son nom « Korat » au Roi du Siam Rama V (1869-1910), qui demandant d'où était originaire ce joli chat, se serait entendu répondre "du Korat". Il l'aurait alors baptisé ainsi.

Certaines races de chats sont considérées comme symbole des meilleures augures par les Thaïs. L'argent augure de la prospérité: c'est la couleur des nuages qui apportent la pluie! et le vert celle des jeunes pousses de riz, présage d'une bonne récolte...

Dans certains villages du Nakhon Ratchasima, il est toujours de coutume de promener un « Si Sah-Waht » en procession afin d'émouvoir les dieux sur le sort de cet animal sacré qui miaule, selon eux, pour intercéder auprès des Dieux et apporter la pluie.

Une autre tradition veut qu'un couple de Korat soit offert aux nouveaux mariés pour garantir leur fertilité!

Croyances populaires et mythes abondent sur le Korat, c'est tout l'esprit d'un peuple passionné par les chats et subjugué par ses mystères qui se révèle à travers ces légendes.

En Occident, c'est en 1896 que fut présenté le premier Korat, appelé alors Siamois bleu. Il avait été ramené directement de Thaïlande. Il fut malheureusement disqualifié car sa couleur était non conforme au standard...du Siamois!

Ce n'est que bien plus tard, en 1959, que notre Korat refit surface grâce à l'importation d'un couple, Nara & Darra, par l'américaine Mrs Jean L. Johnson. Ils arrivaient tout droit de la chatterie Mahajaya de Mme Ruen A. Rajamaitri de Bangkok. Ils commencèrent à attirer l'attention dans les années 60.

En 1965, la KCFA (Korat Cat Fanciers' Association, Inc.) était créée par une dizaine de passionnés pour défendre et promouvoir cette race. Elle fut rapidement accepter, puis admise à concourir en championnat dans toutes les associations félines

D'abord aux États-Unis et au Canada, la race fit des émules en Afrique du Sud et en Australie. Dans les années 70, c'est en Angleterre et en Scandinavie qu'elle gagna avant de trouver des terres d'accueil un peu partout en Europe et en Asie.

En France, il fallut attendre 1988, et les efforts conjugués d'une pionnière américaine de l'élevage Daphne Negus et de deux français, Anne Kriese et moi-même, pour pouvoir découvrir cet ambassadeur Thaï à moustaches...

En Belgique les premiers sujets arrivèrent au début des années 90 chez Caroline Pullinx en provenance des lignées que j'avais confiées à M. Alain Garrigues (Chatterie Grisegura) et Mme Claudine Dotte (Chatterie Yunagor). En Suisse, des sujets sont connus dès les années 80 mais il faudra attendra les années 2000 pour voir naître un réel élevage.

Le standard applicable au Korat est très strict afin de préserver l'intégrité de la race. Aucun mariage n'est accepté ni acceptable et tous les parents doivent pouvoir retracer leurs origines jusqu'en Thaïlande.

Les couleurs variantes comme le Lilas et les Points Bleus ne sont reconnus qu'en Angleterre par le GCCF et ne survienneent que chez des sujets porteurs des gènes du Siamois. Grâce aux tests génétiques, il est possible d'être sûr de ses lignées et de n'élever que des sujets bleus qui caractérisent et définissent la race.

© Frédéric Goedert 2003-2014